Après ma sortie de reprise de dimanche dernier, je me sentais confiant et prêt à repartir pour une randonnée sur le même rythme, voire mieux ! Mais cette fois, c’est en duo que fut entreprise cette pédalée matinale. Fabrice n’étant pas disponible, je retrouvai mon camarade Bruno devant chez lui à 8h30, prêt à en découdre !
La météo s’annonce idéale. Petit bémol toutefois; les températures promises en fin de matinée s’élèvent sensiblement. Nous avons donc démarré sans tarder et mis le cap à l’ouest vers Roost-Warendin, la réserve naturelle des Annelles, Lains et Pont Pinnet et le petit chemin en sous-bois presque parallèle au cavalier minier.
A la sortie du secteur, direction Raimbeaucourt par la rue pavée Marcel Semba, le chemin de la chaussette et contournement du plan d’eau n°2 de Leforest.
A la suite, nous avons suivi le chemin qui longe le centre d’enfouissement technique vers la ville où nous éviterons le terril !
En effet, contrairement à dimanche passé, je subis une grosse et anormale fatigue. J’éprouve d’immenses difficultés à pédaler sereinement et le souffle me fait cruellement défaut. Enfin soit ! Bruno adapte son allure à la mienne et, parfois, quelques minutes d’arrêt s’avèreront nécessaires afin de retrouver une respiration acceptable.
A la sortie de Leforest, nous avons traversé le bois de l’Offlarde puis celui du cours Digeau en empruntant l’allée centrale avant d’arriver à Thumeries.
A l’Olizier, la voie verte nous conduira à Moncheaux puis nous bifurquerons à gauche vers Raimbeaucourt, le stade derrière chez Gérard, le chemin des Ewigières avant d’atteindre le centre Hélène Borel où nous marquerons une nouvelle petite pause ravito sur le pouce et récupération !
Ensuite, nous avons rejoint et traversé le petit bois de Râches puis glissé en douceur jusqu’au bois de Flines où, à son issue, nous étions sensés rejoindre les faubourgs de la ville.
Mais, oh surprise, en parvenant à l’extrémité de la futaie, nous fûmes confrontés à une très haute barrière doublement cadenassée et totalement infranchissable ! Donc demi-tour et re-traversée sous les frondaisons. Aïe les jambes !
Pour terminer, quelques chemins agricoles bien chaotiques nous ont conduits à Flines pour finalement atteindre Râches par le chemin aménagé sur l’ancienne voie ferrée puis le chemin des champs d’Anchin .
Nous sommes rentrés avec 42 km au compteur, totalement exténué en ce qui me concerne. Je ne m’explique pas cette méforme; vraisemblablement l’anémie qui me touche en ce moment est-elle à mettre en cause ?
J’espère que Bruno ne m’en voudra pas trop d’avoir “pourri” la moyenne horaire de cette randonnée et merci à lui de m’avoir attendu !

Pour voir le résumé vidéo en moins d'une minute, appuie sur la vignette juste à droite.

3 Commentaires
  1. Anne Honyme

    Dommage en effet ! Mais bon, ça ira peut-être mieux la prochaine fois…

  2. Lock Albert

    Pas de chance !

  3. Doulle Albert

    Bon bin, y a des jours avec et des jours sans !

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *