Demain, lundi 20 mars, c’est l’équinoxe de… printemps ! Donc aujourd’hui nous sommes à la veille du… printemps ! Mais ce dimanche matin, on se croirait à l’équinoxe d’automne ! En clair, le temps est moche, gris et venteux lorsqu’à 7h35, Bruno, Fabrice et moi même enfourchons nos montures et mettons le cap vers le levant et Écaillon, petite ville située dans  l’Ostrevent à une distance d’environ 11 km. L’association locale « SDL » Sport – Détente – Loisirs, y organise « les 3 heures d’Écaillon ». Bruno et moi avions participé à leur première édition VTT en novembre 2016 – avec la même météo – et avions bien apprécié leur organisation. Nous ne voulions pas manquer cette deuxième mouture à l’affiche alléchante.
Avec l’aide du vent relativement bien orienté, nous parvenons rapidement à la salle du départ et après avoir satisfait aux classiques rituels des randos – inscription, café, miction… nous nous mettons en selle sans tarder. A noter que pour un prix d’entrée contenu, 4 €, nous aurons droit à une belle plaque numérotée, des tickets boisson/sandwich plastifiés et 2 ravitos sur les 2 parcours les plus longs. Certains clubs à la notoriété bien plus établie n’en font pas autant…
L’itinéraire nous emmène vers un premier terril, du côté d’Auberchicourt. Malgré un petit et unique souci de balisage au pied du premier « schuss », le tracé se révélera très ludique et intéressant. C’est un secteur que nous ne fréquentons jamais et il faudrait qu’on s’y intéresse davantage. Puis nous filerons vers Rieulay et le terril des Argales en suivant chemins agricoles et sentiers aménagés. Nous avons abordé Rieulay « à l’envers », côté Pecquencourt et les organisateurs ont même réussi à dénicher des passages inédits ou moins connus. Quelques raidillons et tourniquets entre les bouleaux plus tard, nous avons rejoint le chemin de halage longeant la Scarpe, direction le terril de Germignies-Sud à Lallaing. Nous pénètrerons sur le monticule par une rampe infranchissable en vélo et donc, tout le monde grimpe à pied ! Sans atteindre le niveau de minutie de la rando du RC Lallaing, nous parcourrons néanmoins de manière assez méticuleuse le dédale des allées copieusement humides. Le bourbier vers la sortie a bien été entretenu par les pluies des jours précédents !
Puis nous quitterons la place et filerons vers le premier point de ravitaillement situé à la sortie de la ville. Ici, à voir le peu de choix de produits offerts, les organisateurs ont vraisemblablement être pris de court. Mais peu importe, il y avait quand même des biscuits au chocolat, du quatre-quart, des oranges et de la boisson et ça suffisait pour se sustenter ! C’est là que David nous rattrapera. Nous discuterons 5 minutes et le laisserons filer en solitaire; de toute manière nous ne sommes pas capables de le suivre ! A la suite, direction Sin le Noble et son « terril des Indiens ». Là aussi, nous avons bien sûr eu droit aux classiques toboggans mais également, à la sortie, au petit parcours en sous-bois inauguré quelques semaines auparavant à la rando de Lallaing et ça me plaît bien !
Les réjouissances se poursuivent vers Lewarde, toujours par des chemins tantôt roulants, tantôt moins avec çà et là des portions bien boueuses. Ici, sur ces espaces découverts au milieu des champs, le vent relativement violent – euphémisme – était parfois notre allié… ou pas ! Nous parviendrons au centre historique minier où nous sera servi le second ravito. Cadre original très agréable, ambiance musicale et ici pas de pénurie; le choix est vaste et tout est en abondance ! Après nous être restaurés, nous opterons pour le 43 km car Fabrice doit impérativement être rentré avant midi chez lui et il reste encore quelques kilomètres ! Nous n’aurons donc pas droit au cinquième terril ni au bois de Lewarde ! Le parcours vers l’arrivée nous réserva quelques beaux passages sérieusement fangeux, venteux ainsi que des secteurs pavés.
Nous négligerons la station de lavage pourtant très bien équipée puisqu’une dizaine de lances étaient à disposition. Mais l’attente nous aurait fait perdre trop de temps. Nous nous sommes contentés de la boisson et du sandwich avant de reprendre la route vers l’ouest, vent de face ou presque !

Retour à la maison avec 68 km au compteur.

En tous cas, merci beaucoup aux organisateurs et félicitations pour cette belle manifestation.