Rando boueuse avec Albert et Gérard - 13 novembre 2019

Nous sommes 3 – courageux – à démarrer dès 9 heures pour une randonnée dans les environs. Il fait frais, les pluies furent abondantes pendant la nuit mais c’est terminé et le ciel se dégage. Le soleil brillera bientôt. Sinon, côté rythme, je crains le pire car Albert et Gérard sont des machines de course et je risque de peiner à l’extrême pour tenter de les suivre. Et mes craintes furent fondées, hélas !

Au programme, j’ai décidé de revisiter le circuit de 46 km qui avait été tracé pour les 3 heures de Roost 2016. Donc, direction Auby, Flers, Esquerchin, Brebières, val de Sensée, Lambres et Douai. Ça nous changera un peu de la Pévèle !

Nous commençons en filant dans la rue Marcel Semba, un ruban pavé qui s’étire tout droit de Roost à Auby. Dès ces premiers hectomètres, le ton est donné. Sur de nombreux tronçons, seul le haut du pavé « émerge », les deux bas-côtés étant parfois totalement noyés sous une belle profondeur d’eau.

La suite ne posera aucun problème, même si le long chemin qui jouxte la rocade minière fut quelque peu laborieux en raison de l’épaisseur d’herbe mais surtout des empreintes profondément striées laissées par les pneus des tracteurs agricoles, rendant la progression très chaotique. Rien de particulier non plus jusqu’au centre logistique Goodman Lille-Douai où, à partir de l’entrepôt d’Amazon, le chemin agricole en faux-plat montant s’avéra particulièrement pénible. En effet, il était presque totalement labouré par les roues des engins agricoles et n’offrait pour toute « chaussée », qu’une interminable bande de boue et de flaques.

Notre parcours se poursuivit par Esquerchin ou nous fîmes une pause ravito sur le pouce, puis Brebières avec sa fameuse « voyette » entre les jardins, très étroite et aux haies non taillées qui pose problème aux cintres un peu larges. A la sortie de la petite ville, nous regagnerons Corbehem par le chemin de halage de la Scarpe inférieure et poursuivrons jusqu’à Courchelettes. De là, nous nous attaquerons au talus, dont l’argile blanche était rendue éminemment glissante en raison des pluies. A la sortie, avant de rejoindre le canal de la Sensée, nous aurons à franchir un gros bourbier qui fut négocié brillamment.

Nous atteignîmes alors le sous-bois et le chemin qui longe la Petite Sensée avant de regagner Lambres puis Douai, toujours par le chemin de halage, nettement plus carrossable en l’occurrence.

Nous avons volontairement amputé le parcours et supprimé la grande boucle qui passait par le « parc de l’enfant Jésus » et sa suite car l’heure tournait et nous ne devions pas rentrer trop tard. En outre, Albert avait encore 12 kilomètres de plus que nous à parcourir. Aussi, afin qu’il ne perde trop de temps, nous l’avons laissé filer à son allure soutenue, comme d’habitude. De toute manière, j’aurais bien été incapable de le suivre. Merci à Gérard de s’être sacrifié pour m’attendre.

Finalement, mon compteur affichera 41 km en arrivant à la maison et vraisemblablement 25 de plus pour Albert .

Clique ici pour visionner le résulé vidéo avec Relive

.